Interview d’une entrepreneuse Mariame Dembele de aLife mag

L’entrepreneuriat, est-elle une activité typiquement masculine ?
Non et je vous le prouve par l’Interview d’une entrepreneuse !
Aujourd’hui, je suis avec Mariame Dembele, l’entrepreneuse fondatrice et directrice de la publication de @life magazine pour un interview.

Interview d'une entrepreneuse

j’ai toujours eu cette idée en tête: vivre mes rêves, ne pas rêver ma vie.

Tim : Bonjour Mariame Dembele, est-ce que tu pourrais décrire brièvement pour ceux qui ne te connaissent pas encore ton parcours et tes réalisations ?

Mariame Dembele : Bonjour Tim et merci de m’offrir la possibilité de parler de mon magazine. J’ai lancé en Septembre « @life magazine » maintenant connu sous le nom de « aLife mag », une revue dédiée à la création et à la culture française. Nous y présentons les petits et grands créateurs qui nous rendent fiers de notre savoir-faire français.

 

Tim : C’est un plaisir partager de te recevoir également sur ce blog.
Ma premier question est tout simplement :
Quand et pourquoi a-tu décider de te lancer dans entrepreneuriat ?

Mariame Dembele : Vous savez lorsque vous êtes salarié et que vous avez l’impression d’étouffer par l’impossibilité de vous exprimer, et bien c’est souvent parce que vous éprouvez le très grand besoin de voler de vos propres ailes! Je pense que certaines personnes comme moi vivent avec la vision de leur lendemain, une vie ou tout est écrit. J’ai vécu une vie de bohème, libre, sans contraintes (d’après moi!) et j’ai toujours eu cette idée en tête: vivre mes rêves, ne pas rêver ma vie.

 

Tim : Quelle est la spécificité de ton magazine ?

Mariame Dembele : C’est un magazine culturel sur l’Artisanat, la mode et les tendances françaises! Du Made in France funky et accessible. C’est un magazine qui se veut proche de nos petits créateurs, de nos artisans dont on parle peu.

 

Tim : Quelles difficultés as-tu rencontré lorsque tu as préparé ce projet ?

Mariame Dembele : La difficulté première d’un magazine en création est de donner l’envie aux annonceurs de nous suivre. Et encore plus étonnant pour moi, j’ai eu un peu de mal à trouver des personnes à interviewer! Je trouvais cela dingue! Je me disais mais ils ne veulent pas que je parle d’eux alors qu’ils répondent favorablement aux autres mag! Aujourd’hui les gens ont très peur, ils font très, voire trop attention à leur image.

 

Tim : De quelles manières a-tu surmontés ces difficultés ?

Mariame Dembele : Comme tout magazine papier, j’ai surtout eu des difficultés à trouver des annonceurs. J’ai par la force des choses été mise en relation avec la régie Kamaté. C’est un travail de tous les instants, ne pensez pas que je délègue tout ou que je me repose à attendre de quoi sera fait le lendemain. Lorsque vous êtes à l’initiative d’un projet, vous devez être partout, être responsable de tout, tout le temps! Vous ne pouvez pas vous dire, j’ai du mal à trouver des annonceurs, ok, je vais trouver une régie et basta! Non, être chef d’entreprise c’est un combat dans lequel on est souvent seul, déprimé, anxieux, stréssé. Mais c’est tellement bon de courir après la liberté!

alife mag

C’est tellement bon de courir après la liberté!

Tim : Quelle a été le rôle d’internet et des réseaux sociaux dans la réalisation de ton projet ?

Mariame Dembele : Depuis la naissance de mon idée, je partage ma folle vie d’entrepreneuse sur Facebook, sur le compte Mari Ame. Cette idée m’a permit de faire la connaissance de très talentueuses personnes qui travaillent avec moi sur le projet: Nathaly Baldo, Angélique Ogou, Anaïs Muller, Jennifer Muller et Sarah Sabsibo. Les réseaux sociaux m’ont permit et me permettent encore de trouver des partenariats, des idées, d’échanger avec nos futurs lecteurs également !

 

Tim : Beaucoup d’entrepreneur ont des difficultés à trouvé des partenaires. Il me semble que tu est entouré d’une équipe très performante. De que manière a-tu rassemblé ton équipe à ton projet ?

Mariame Dembele : Comme je le dit depuis le début, j’ai l’intime conviction que tout est écrit. La vie nous offre un tas de choses qu’il faut savoir prendre au moment ou elles arrivent. Raphaël Chain, notre financier m’a été présenté par Martine Abou, la fondatrice du site wi-madame. J’ai rencontré Dominique Olivier, la DG de Kamaté régie par l’intermédiaire d’Yves Michalon qui m’a lui été présenté par mon ami Édouard Moradpour. Tout est une question de rencontre. Le magazine s’appel @life @parce que nous nous sommes toutes rencontrés via internet, le @ est donc l’histoire de la rencontre de l’équipe de votre magazine @life. Nathaly Baldo, Angélique Ogou, Aïssata Dembele, Jennifer Muller, Sarah Sabsibo, Anaïs Muller et moi.

 

Tim : Aujourd’hui il me semble qu’environs d’1/3 des entrepreneurs sont des femmes mais que la proportion est en augmentation. Que pourrai-tu conseiller aux femmes qui ont un projet mais qui ont peur de se lancer dans l’aventure ?

Mariame Dembele : Je dirais que comme partout la difficulté existe. Je pense comme beaucoup qu’il faut aller au bout de ses envies, de ses rêves. On m’a souvent dit : »Il faut savoir s’entourer » oui, mais comment? Et bien je me suis laissée portée, en avançant avec la même ambition et cette ambition a donné aux gens l’envie de me suivre. Il faut y croire, c’est très étonnant de se rendre compte que les gens ressentent notre énergie et notre détermination à réussir.

 

Tim : Depuis la création de ton entreprise il a du se passer beaucoup de chose. Quelle a été ton pire et ton meilleur souvenir ?

Mariame Dembele : Alors mon entreprise est créée mais le magazine n’est pas encore imprimé! Mon pire souvenir remonte au moment ou j’ai été lâché par une collaboratrice. Ce moment fut douloureux parce que cette femme était présente au tout début, lorsque je réfléchissais au concept du mag. Je suis la fondatrice du mag mais pas insensible! Mon meilleur souvenir? Lorsque j’ai rencontré Angèle par hasard, que je lui ai parlé du projet et qu’elle m’a répondu « Ça m’intéresse, en plus je suis graphiste »! À ce moment la je me suis dit que ça ne devait pas être possible. Il y avait 1 chance sur 1000 pour que je me retrouve face à une personne comme elle!

Tim : De ton expérience est-il facile de déléguer du travail ?

Mariame Dembele : Au début, on veut tout faire, on se dit qu’il est important d’avoir la main mise sur tout! Mais la réalité est différente! Vous êtes dans l’obligation de déléguer car lorsque l’on entreprend il y a beaucoup de papiers à envoyer, il faut s’occuper développement, de la com! Un magazine ce n’est pas que des articles à rédiger.

 

Tim : Quelles sont tes projets et tes envies pour les années avenirs?

Mariame Dembele : J’ai l’envie et le projet de devenir le hors-série d’un grand quotidien. Je souhaite garder auprès de moi ma formidable équipe qui bosse très très dur! J’essaie de les faire connaître autant que le mag tout en ayant peur qu’on me les piquent. C’est très très difficile

Tim : Merci Mariame d’avoir répondu pris le temps pour répondre à ces questions lors de cet interview. Bon courage pour tes projets.

 

J’espère que cet interview vous a inspiré, et motivé !
Alors dites moi ce que vous en avez pensé !
Si cela vous plait, je m’efforcerai d’interviewer d’autres entrepreneurs qui ont des activités web.

VN:F [1.9.21_1169]
Rating: 9.7/10 (3 votes cast)
Interview d'une entrepreneuse Mariame Dembele de aLife mag, 9.7 out of 10 based on 3 ratings
3 moyens de booster vos Ventes !
Obtenez votre accès gratuit à la vidéo « 3 moyens infaillibles d’augmenter son CA et ses revenus ! Indiquez-moi simplement votre nom et à quelle adresse email je peut vous envoyer l'accès...

Commentaires

Commentaires

Tim

Tim l'entrepreneur web, forme les entrepreneurs et les conseils pour améliorer leurs bénéfices.

3 réponses à “Interview d’une entrepreneuse Mariame Dembele de aLife mag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher le dernier article de mon blog

Je veux devenir membre du blog et recevoir les news !